Yeu…


Qu’est-ce que c’est que ce bordel? je m’absente pendant une semaine, je vais faire un tour sur une île et qu’est-ce que j’apprends ? On tremble, on meurt en grand nombre, on prend pour 40 000 euros de taxi, on ne veut pas accoucher, on veut changer de nom et on ne laisse pas son gros méchant de con de père mourir en paix avec tous ses gros lingots en Suisse… Vous n’êtes pas vraiment à la hauteur, mais bon vous n’êtes que des humains Charlies pas trop laids qui veut… Moi j’ai fréquenté des Parisiens sur cette île, du beau monde, tous en uniformes de Parisiens sur une île, pas n’importe laquelle, celle où ils achètent une maison chère, très cher… et pour qu’on sache qu’ils sont sur une île ils s’habillent comme des gens ce cette île; en marin: vareuse, bottes… mais ils sont parisiens et on les reconnaît au fait que ce sont les seuls qui s’habillent  comme cela, les iliens s’habillent comme des Parisiens qui ne sont pas sur une île, si bien qu’on ne les reconnaît pas… Charmants ces Parisiens… Tenez l’autre jour à la poissonnerie, sur ma droite dans la file remontante, des Parisiennes de gauche qui s’inquiétaient du sort d’une fille d’une amie de l’île et de Paris qui était au Népal, je n’ai pas dit de Lille au nez pâle… je vous vois venir. Non, elles s’inquiétaient et précisaient qu’elle travaillait, la fille de Paris de l’amie de L’île  qui était au Népal, dans le cabinet de Fleur Pèlerin… On doit être de gauche quand on travaille dans un cabinet de ministre de gauche ? L’autre Parisienne de gauche, sur la file de droite, n’en était pas vraiment une à  temps complet puisqu’elle racontait qu’elle avait perdu son poste de conseiller général mais qu’elle avait fait son travail et qu’elle apprécierait désormais de rentrer sur Paris pour s’y reposer un peu et puis qu’elle en avait marre du Nord, pas de la gare, de Lille au nord de la France… tout cela sur l’île où elle avait une maison pour y accueillir ses enfants, qui habitaient Paris… Et sur la file de droite en remontant… Je ne pouvais pas l’ignorer, elles parlaient fort, pas comme des gens de l’île, comme des Parisiens de gauche sur une file de droite qui ne savent plus trop dans quel sens se passe la vie… oui dans une poissonnerie, le jeune poissonnière était jolie et cela ne sentait pas trop le poisson, juste les cons de gauche qui puent la droite… j’ai pris du lieu…elles avaient le nez rouge à cause du soleil, pas pâle… j’ai pris du lieu…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :