les ventres de Noël


Ce n’est pas nous qui avons colonisé la planète , mais les bactéries de nos ventres qui  nous poussent à la fête de la défécation noëllistique…. et on bouffe et on bouffe, j’en pète de joie. Cette lente métamorphose de Noël qui va s’opérer dans nos ventres incertains et intestins, cette chair malaxée par nos boyaux, nos sucs digestifs confinant au macérat….. j’en vomis d’aise. Ce qui rentre par en haut ressort par ce petit trou du bas qu’il me plaît parfois  à explorer d’un doigt inquisiteur…. j’en rote de plénitude. Noël est la fête de la merde, flatulent opéra qui assoupi nos esprits attendris par une légende ancestrale qui raconte l’histoire d’un qui a….honte à l’humanité d’avoir conservé ce mensonge erroné, obséquieuse histoire transmise  à nos esprits par une lente imprégnation à travers les Âges. Que dire de ce néo petit  qui ne fut que le dissident d’un peuple et sa seule histoire nombrilisée. Il n’y a plus aucune importance  à tout cela….. notre merde est la preuve de notre état surnuméraire….  je serai le dernier  et je m’endormirai à table le ventre  gonflé par le dernier être vivant que j’aurai dévoré…. J’ai pas perdu la main!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :