Petit rien 4


Mon chien et moi sommes tout à fait séparables… j’attends qu’il crève, mais je ne fais rien pour que cela arrive… je ne le caresse jamais, je lui lance des pierres avec la plus grande précision, je lui laisse traverser la route, la nuit, en l’attirant avec de la nourriture… C’est ma façon à moi de l’aimer. Pour ceux que cela choque, c’est qu’ils ne comprennent pas jusqu’où l’amour peut conduire… jusqu’à provoquer la fin pour ne pas avoir à l’affronter de face au moment où l’on s’y attend le moins… C’est çà aimer, jusqu’à ne pas supporter imaginer que l’autre puisse disparaître un jour, alors on va doucement le conduire jusqu’à la fin, s’y préparant et l’y aidant patiemment et méticuleusement… Mon chien me regarde, je sais qu’il comprend… Allez viens mon chien! On va traverser la route les yeux fermés… tous les deux… encore

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :