De l’autre côté de l’arbre, il y en a un.


Je me promenais, un soir, la nuit presque tombante. Je me suis arrêté crédule, dubitatif, violemment incertain….j’y étais… là ! face à l’arbre qui barrait le juste chemin que j’avais choisi, le rectiligne déplacement vers le soleil couchant…. écrasant les écureuils, martelant de mon lourd pas paysan les bourguignons escargots et effleurant de mon souffle, râle orgasmique pour d’aucunes qui l’eurent entendu et dit, asthmatique  à l’entente d’un passé lointain, donc effleurant de ce dit souffle les feuilles tombantes au rythme de la nuit  titubante d’une inclarté noctufère. Me faisant douce et amère violence, je contournai le tronc par la droite, inversant comme il se devait l’ordre des choses…inquiet, troublé, livide, je parvins après quelques pas  à couper l’angle qui m’eut permis un juste retour vers ma droite originelle… je continuai, hasardeux… au delà des quatre-vingt-dix degrés propres à toute circonférence. Continuant sur ma circonvolution, je parvins de l’autre côté de l’arbre, suant à grosses gouttes, l’angoisse me troublant plus qu’elle ne m’effrayait. J’étais là au delà de l’arbre et là…. il y en  avait un autre… un autre _DSC4301côté.

%d blogueurs aiment cette page :