Eloge du verbe: régner


Peut se précéder d’un A quand le pouvoir utilisé commence  à s’immiscer dans trop de directions….on risque alors de se faire écraser comme une araignée si on oublie de conjuguer au pluriel comme au singulier. Les déclinaisons de ce verbe sont  nombreuses, il a tendance  à pousser  à l’inclinaison  vers celui qui possède le je de régner, on a alors  le cul en l’air, l’air con , le con préhensible si l’on est une femme, infâme si l’on n’est qu’un homme …la dernière personne du verbe régner est une personne qui autrefois a quelque peu perdu de son ampleur…le règne moderne se conjugue différemment, mais d’éminents anarchistes grammairiens pourraient cependant remettre en lice ces vielles conjugaisons à l’emporte pièce…..Le Monde n’est que rond même s’il est à l’envers.gg-11

Il était une fois un prince…. jeune….pas plus que moi.


Je serai donc subversif…..Qui est-il cet homme pour oser faire croire et croire que c’est le peuple qui l’a amené là où il est ? Je le hais. Qu’a-t-il fait pour oser croire et faire croire  que c’est par ses actes que son chemin s’est tracé….il en est assez! D’où  vient-il pour oser croire et faire croire que tout ce que le roi, son père , lui a offert n’est que le fruit d’un labeur ? Je l’embeurre…. Il n’est que pareil à moi… un petit perdu dans un monde de grand. Cependant viendra pour lui un jour, où perdant sa cécité, sa fausse sincérité et sa nouvelle coupe de cheveux …Il ne sera que l’humain qu’il n’a jamais été; l’homme qui, enfermé dans sa cité interdite, n’a pas conscience de son essence… En attendant qu’on se le dise, il n’est qu’un con parmi les cons….pauvres gens…sans se taire!gg-2-2

%d blogueurs aiment cette page :