Où l’on sent la présence de l’humain… 8


C’est bien de se promener au bord de la plage, calmement, touristiquement… et puis l’on s’assied pour être subtilement dans un état d’extase, l’iode, le vent, les poils pubiens des maillots dépassant, c’est çà les vacances…. Et puis ils sont arrivés avec leurs deux chiens, eux c’est un couple de retraités. Ils ont donc deux chiens, Trick et Norma. Trick est gros, grand, la gueule ouverte, bavant à tout va. Norma est une toute petite caniche, blanche, sa maîtresse lui ressemble ou vice  versa. Ces deux braves gens sont arrivés et se sont installés à mes côtés, juste à côté, alors qu’il y avait de la place ailleurs, beaucoup de place. Norma est restée  à terre, Trick est venu s’installer entre son maître et moi, il obéit Trick, beaucoup… Jusque là, rien de surprenant. Madame et monsieur mangeait une gauffre indélicatement recouverte de chantilly. Madame renverse une partie de sa gaufre, surtout la chantilly, monsieur continue de manger la sienne, mais pendant qu’il tourne la tête vers madame pour s’inquiéter du sort de la dite chantilly et qu’il laisse sa gaufre à l’équilibre pour qu’elle ne se renverse point, Trick vient baver juste au-dessus, mélangeant sa salive canine et quantitative avec la chantilly céleste. Monsieur, rassuré se retourne vers sa gaufre et comme monsieur est d’une taille conséquente, relative à la taille de son chien, il engloutit  tout en deux actions , salive comprise. Je ris, ce qui déplaît à Trick, qui grogne à mon encontre…Monsieur donne un ordre, Trick obéit…. madame, empotée jusqu’à  l’extrême renverse à nouveau sa gaufre, monsieur se lève pour la ramasser, Trick se remet à grogner, monsieur donne un ordre, Trick obéit.Avec toutes ces chutes de gaufre, Norma oubliée, calme et silencieuse a tiré sur sa laisse sur quelques mètres, cela a suffit pour qu’un petit mâle d’une espèce bâtarde se la goinfre en moins de deux…. madame s’en rend compte alors que monsieur est en train de ramasser la gaufre, madame crie, Trick aboie, Norma jouit, monsieur gueule, le petit bâtard se sauve en aboyant… j’arrête là, vous pourriez ne pas croire la suite, sachez que monsieur est parti à la poursuite  des maîtres de l’amant, que Norma, la salope, avait l’oeil luisant et que Trick ce gros con est resté assis à côté de moi sans bouger tout en continuant à aboyer et à baver….Madame a projeté de s’acheter une autre gaufre.

Elle est là dans cet établissement…. je l’imagine fermant les yeux sous la douceur de ma perversité…. excitée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :