Petite histoire pornocratique de la belle Clémence 22


Clémence continua  sa vie prestement commencée, les trois derniers mois qui la conduisaient  à sa vingtième année se passèrent silencieusement en observant le monde qui l’entourait, en téléphonant à la femme en noir qui avait commencé  à écrire l’histoire de sa vie. Elle avait plutôt écrit ce qu’elle pouvait penser de la vie de Clémence, peut-être se pensait-elle capable de lui imaginer un passé qui serait plus intense que la vie d’enfant que Clémence avait vécue, mais il ne m’était pas possible de savoir ce qu’elle écrivait sur ses feuilles de, papier qu’elle conservait dans un semainier de cuir noir  qu’elle s’empressait de confier  à son garde du corps, géant de son état, armé et méfiant de par la fonction qui lui était attribuée. J’attendais que ce livre soit publié pour comprendre ce que cette femme pouvait souhaiter de Clémence ou peut-être n’était-ce qu’un simple désir sexuel sublimé que cette femme exultait  à travers un écrit qu’elle semblait prendre  à coeur ?… Plusieurs fois je la regardai écrire, il y avait parfois un début de sourire qui illuminait son visage et puis cela devenait un réelle tension qui se présentait  à ses sourcils, alors elle  se concentrait encore plus et au bout d’une dizaine de lignes elle se dépêchait de  ranger sa feuille dans son  classeur noir, l’homme le prenait sous le bras et il était très dur d’envisager une quelconque prise de l’objet, ses deux mètres étaient un frein  à toute tentative. Un soir elle lui fit lire les trente premières pages. Clémence se concentra, effort qui disparu au bout d’une dizaine de secondes, elle sourit, s’apaisa encore plus lorsqu’elle finit de lire. Elle se retourna vers la femme et l’embrassa à ma grande stupeur sur ses lèvres qu’elle avait recouvert d’un puissant rouge à lèvres pourpre… elle en trembla, j’en frémis… Clémence  retourna sur ses pas, vêtue d’une robe fourreau mordorée, à la transparence certaine, transparence qui exaltait ce soir là la puissance érotique de ses courbes… Je fus pris d’une érection soudaine  que je me refusai à  accepter. La femme en noir se propulsa auprès de son garde du corps, elle essuya une larme. Clémence  sortit de son tiroir de bureau le portefeuille rose dans lequel elle rangeait la carte que je lui avais confiée quelques années plus tôt.

Une réponse

  1. Vous ayant abandonné bien malgré moi durant ces derniers épisodes, j’ai remédié à ce manquement … Un certain suspens plâne …. Qui est cette femme en noir ? Quel lien avec Clémence ? Quelle importance va-t-elle prendre dans le récit ? Va t-elle supplanter à Clémence ? Que de questionnements !!!
    Peut-être avec vous les mêmes ?
    A vous de nous éclairer cher Narrateur …
    Dernier point : Je constate que les envolées pornocratiques ont été gommées …. Manqueriez-vous de sujets d’inspiration ????

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :