Publicités

carnets de vacances…. 37 ad libitum


Marseille, le 10 août, 14h30… Je suis assis à une terrasse de café sur le vieux port, je bois un coca cahin-cola-caha-molah… Je photographie les passants qui passent devant ma table, objectif Nikkor 35 mm à décentrement, diaphragme 5.6, vitesses diverses. Je photographie à l’arrache , j’ai quelque part dans ma tête le cadre correspondant à mon 35 mm… Je sais donc qu’il n’y aura que des corps colorés, des flous de premier plan, des surexpositions torrides, des courbes éventuellement… Je photographie des femmes, des enfants, un chien, quelques hommes… tous morcelés. Arrivent deux policiers, l’un d’eux me demande ce que je fais… explications simples, je montre, je démontre… Une femme s’est plainte du fait que j’ai photographié son enfant… à vrai dire, juste sa robe colorée, la main de son enfant tenant sa main maternelle dont  le poignet est équipé d’un gros et large bracelet argenté…contrôle d’identité… Il y a environ quinze minutes qu’elle est passée et je l’ai vue se retourner juste après le bruit du déclenchement de mon D3.

C’est la quatrième fois en trois ans que je suis interpellé parce que je photographie des êtres humains sans autre but que de les voir autres. Les trois premières fois, à Paris, lorsque je photographiais un modèle… 3 fois lors de la même séance, dans une toute petite rue, dans le quatrième arrondissement de Paris, par deux patrouilles différentes… 6 à 7 policiers au total et par la brigade fluviale sur les bords de Seine… peur d’une pornographie en plein jour ? d’un monde différent ?… cette femme que je photographiais  n’était que belle et habillée… et puis ce jour. Les deux policiers ont été gentils, ils ont compris de suite…. Cependant…

Je suis fier d’être ainsi arrêté , fier de pratiquer une activité si dangereuse pour l’humanité…. je sais qu’il est interdit de toucher  à l’image d’autrui…. Cependant, je n’en ai rien  à foutre parce que je ne fais que montrer ce qui est, sans chercher à gagner, je ne prends pas possession des images, je les utilise partiellement pour les magnifier …   Je dédie donc ces images aux autres pour lesquels la force publique ne peut, ou ne veut, intervenir… je dédie  ces images et ce texte à tous ceux qui par émotion, un jour, ont pris le risque de montrer autrement cette réalité certaine… aux photographes qui voient ce qui ne se voit pas …. et en particulier, par respect pour eux… parce que je ne les ai pas photographiés ce même jour, j’ai refusé… Ce petit Roumain de sept ans qui ne disait que monnaie, monnaie, monnaie… sa mère ne se serait pas déplacée pour me pédophiler de sale gueule. Cette toute petite vieille, assise sur une chaise, dont la tête ne dépassait pas le haut du dossier… elle dévorait un kebab. Je ne l’ai pas photographiée parce qu’elle avait faim. J’ai cependant photographié cet homme, élégamment habillé, d’une autre époque, marchant lentement…. il était là comme une âme

. Je lui dédie cette photo. C’était en France un dix août 2009…_DSC2709

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :