Publicités

Et s’il fallait vivre…


C’était une soirée sympathique, on y rigolait, souriait, médisait sur sa prochaine…. je ne me souviens plus des  noms de celles sur qui l’opprobre fut jeté, elles le méritaient. je ne me souviens plus des blagues, lourdes, salaces que mon voisin de droite me racontait jusqu’à pleurer de rire…. je ne me souviens plus vraiment de ce que j’ai mangé, je sais que c’était bon.Il y eut donc le moment du départ, de mon départ…. je ne sais comment il s’en fut, mais à un moment j’éprouvai l’impérieux besoin de dire ce que d’aucun n’eut pu dire, puisqu’il n’en aurait pas eu l’information…. donner une information qui plombe l’atmosphère… silence puis révolte, on se refuse à  sa vérité, on palabre, on argumente, on politise, le grand complot est là pour vous forcer  à acheter des médicaments, vous faire vacciner…La grippe H1N1 tuera, ce que j’ai dit… honnêtement je n’en sais rien, je ne connais pas les noms des personnes qui en mourront, ni de celles qui en souffriront… seulement je sais de source sûre, ministérielle… le nombre … celui qui était écrit dans la presse quelques jours auparavant. Etait-ce pour la grippe ou pour les supporters d’un club de foot ou le nombre de touristes ayant perdu leurs papiers …. je ne me souviens plus. c’était un nombre, gros, donc important. L’ayant mis en relation avec la mort , il était douteux, violent, intolérable, improbable…. l’ayant transmis sous le sceau du presque secret il devenait affligeant de vérité…. ce soir mourir un peu…. NON, il suffit! le grand complot ressortait, on nous manipule… peut-être allez savoir. De toutes façons, nous mourrons, que cela soit de grippe portuaire, précaire, des ovaires…. de faim, de soif, de vie, de vieillesse, de solitude.. non la solitude ça n’existe pas, bref on mourra…. ceci dit, je remets mon masque, avale ma ration d’antiviraux et continue de mettre des croix en face de ceux qui auront droit au vaccin, ceux qui auront droit au médicament, ceux qui auront le droit d’être sur la prochaine liste, ceux qui auront le droit d’attendre, ceux qui y passeront, ceux qui paieront pour ne pas y passer, ceux qui passeront au travers… .rappelez-moi votre nom, je ne m’en souviens plus.

_DSC3480

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :