chroniques de la haine apaisée: 9


Geneviève tenait dans sa main droite, fortement resserrée sur l’enveloppe siliconée de l’objet, la télécommande de la télévision, neuve. Elle ne laissait personne choisir les programmes… le programme. Elle n’en regardait qu’un, une sorte de feuilleton qui depuis vingt ans  permettait à des acteurs, désormais vieux, de jouer au jeu de la vérité vécue…Ils vivaient devant les caméras et étaient donc regardés par une bonne partie du pays selon les sondages, une partie aussi âgé que les acteurs. Elle tenait donc sa télécommande, maladivement… Elle ne se levait de son fauteuil que pour se coucher dans son lit,  à la fin du programme, dormait ses six heures et se relevait pour s’asseoir dans son fauteuil… tout cela sans lâcher la télécommande. Un soir, elle ne se leva pas, elle venait de mourir, juste avant la fin de l’épisode. Elle vivait depuis longtemps avec sa fille, toutes deux avaient fini par se détester en silence, une haine de trente ans dans un silence coupé par la voix des acteurs. Sa fille, Anne, se rendit compte que sa mère venait de décéder. Elle  se dirigea alors vers son fauteuil, prit la main de sa mère, celle qui tenait la télécommande, appuya sur son index, celui qui aurait pu  changer de chaine, avant. Elle se contenta d’appuyer dessus… changeant ainsi de chaine, puis elle alla se coucher.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :