Et du feu surgit la couleur qui inonda mes yeux.


Toujours plus actif, toujours plus anxieux j’alimentais son regard de mes gestes sexués. Son cul, j’aurais aimé claqué, arcboutée. Je coulais en elle simple et subversif, comme un jour de mur de Berlin tombant…Il n’y eut pas de silence pour qu’elle se sente désirée, son corps tremblant, assagi,  s’offrit juste pour une couleur chatoyante. C’était le feu de son cul , de son corps qui alimentait mon regard. Silence!  lui dis-je.  Abstinence!  me répondit ellecel (35 sur 85) [1024x768]. Je courus au-delà du moment , hébété de ne savoir comment diriger cette couleur de ventre féminin et féminisé. Il n’y avait d’autre moyen que de croire ces instants où sexe et odeur  donnent  envie de pénétrer.

Une réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :