Publicités

carnets de vacances 34… Etat des lieux 8


Je vous le dis… Je vais être odieux, certainement, ne m’en portez pas rigueur…. J’étais à l’e_DSC2206ndroit, sans être à l’envers, de tous yeux vigilant…. Comme chaque soir, il y avait son lot de jolies, de beaux, si je m’en tiens à un état d’objectivité bienveillante… bref la croupe était ondulante, le sein débordant voir à vif ou à nu, le pectoral arrondi sous son Tshirt blanc de marque, celle-ci étant sauvagement accolé afin qu’elle se remarquât sans que l’on sut lire. Jusque là rien de bien violent…. un état des lieux de milieu de vacances qui même s’il n’incite pas à la lecture prouve que s’amuser est un état grégaire et coopératif pour lequel une réaction neurologique de type épinal suffit largement… Il y avait donc, aussi , un lot de cons , j’ose ce mot eut égard à la quantité d’insultes diverses qu’ils employaient, lorsqu’ils essayaient de rentrer au contact de jeunes femmes, et que celles-ci leur répondaient par un refus dont la  qualité de politesse n’avait d’égal que la  lourde vulgarité associée aux quelques mots de vocabulaire employés…. à cet instant rien qu’une simple histoire de la connerie masculine ordinaire.

Elle est arrivée, jeune, pas plus jolie que toutes celles qui l’entouraient, plus souriante, plus ondulante….alcoolisée certainement, mais je la croyais plus fine, plus proche de l’intellect que de l’hédonisme de base…. bref . Elle a bu en leur compagnie, s’est mise à danser sur une table, courte vêtue, la poitrine gonflée et houleuse…. rien de plus qu’une copie d’un film de série Z….. elle a commencé à se dévêtir, par le haut, laissant apparaître ses seins… beaucoup de mâles sifflaient, en rut majeur, sensibles à ce visuel comme il se doit, et puis elle s’est retrouvée en string, son joli cul à l’air…. elle avait bu, elle buvait encore…. tous ces cons n’attendaient qu’une chose, qu’elle quitte sa culotte….. Seulement, elle n’avait pas plus de seize ans, l’alcool lui permettait de se désinhiber  totalement… Qu’allait-il lui arriver par la suite ? Quel était le seuil maximum de frustration que ces types avinés allaient supporter ? pourquoi était-elle aussi faible ? faille éducative, absence d’éducation ? Elle s’est arrêtée d’elle-même… à ce moment j’ai croisé son regard…. Elle souriait, certainement heureuse… c’était moi l’odieux

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :