nous nous sommes condamnés au sexe.


Nous  sommes à la merci d’une de ces crises d’infidélité tragique qui pousse vos cuisses  à s’écarter, nos sexes à  se déplier et nos ventres à  se laisser caresser…avouez-le ! Vous le savez vous les femmes qui parfois laissez vos regards lentement trainer dans le fond de mes yeux…vous le savez quand je pense… Vous le savez, vous les hommes, quand , par insistance lourde et troublant silence vous ne pouvez être qu’au près d’une et d’une seule  pour qui vous laissez votre corps se déplacer…. salauds que vous êtes , garces que nous aimons…c’est ainsi qu’il en est depuis la nuit des temps. Muqueuses fragiles qui vous laissez frotter, lentement ou violemment, crise de plaisir erratique et inavouable….le corps, le cul, vivre amoral….j’orgasme  de vous savoir interdits, tous …! l’enfer vous attend et je vous regarde y pénétrer….doucement. 15 alicia-3 robillardl

Eloge du verbe: émouvoir


Émouvoir ceux qui sont inertes en leur chaire… remuer du fond de mon corps l’attirante diversité de certains corps humains…émouvoir à en mourir. Émouvoir est un acte de don  total fait par l’artiste malade de sa vie , condamné à  véhiculer par ses sens ce que la massive humanité reproductrice ne sait….ni voir ni sentir. Émouvoir… foutez moi la paix , regardez et taisez vous, tremblez, pleurez et oubliez moi.tt-31 [1280x768]

%d blogueurs aiment cette page :