J-349…


j’ai pris l’aire et je l’ai rangée dans mon sac, je me suis réfugié intimement chez une amie, je lui ai touché la peau… douceur, couleur… j’ai mesuré la lenteur du temps passé  à respirer…. ma vie n’est plus faite que de ces petits riens incertains qui encombrent ma mémoire mais qui me rassure lorsqu’ils sont à côté de nous.

%d blogueurs aiment cette page :