J-346…


Je suis encore vivant, malgré  mon monde qui  commence à se détruire lentement, j’en vois tous les déplacements, les fissures, les silences et les craquements. Bientôt le soleil n’aura plus la force de se lever, la lune qui parfois fut ronde saura changer de forme. Je mesurerai les formes modulantes, tiendrai les formes finissantes… ce sera la fin du monde et je n’ai pas besoin de Dieu pour en finir avec lui.

%d blogueurs aiment cette page :