J-331… son doigt 10


Ce soir là elle se coucha vêtue d’un pyjama épais, en acrylique, elle se chargeait positivement et l’acrylique l’isolait du reste du champ électronique qu’elle dégageait désormais. Elle s’endormit vite, rêva vite, un rêve érotique brutal, une sexualité sans violence mais des orgasmes récurrents, des sensations de pénétrations diverses, voir multiples. Ce qu’elle ne savait pas parce qu’elle dormait c’est ce que son corps brillait, qu’une aura enveloppait sa peau, un halo lumineux dessinait dans la pénombre de sa chambre le contour exact de son corps harmonieux… Plus elle rêvait de pénétrations plus l’intensité de la lumière augmentait, plus elle orgasmait plus la couleur variait, passant de flux orangés à de fin nuages bleutés. Elle gémissait, réussit à quitter son pyjama pour se retrouver nue, membres écartés, sexe offert sur la couette de son lit, l’origine du monde version épilée… Il y eut un moment où la chambre fut rouge dans un crescendo de variantes solaires, puis rien…. le silence était juste bercé par ses ronflements.

%d blogueurs aiment cette page :