carnets de vacances 20


Mon sud est plein, regorgeant, de ces petits lieux, petits vieux, attentifs aux temps passants. Endroits inversés où s’arrête le temps précédemment écrit, insolites, insolubles dans l’ordinaire de la vie, je m’en délecte. J’erre journellement, pas plus de quelques temps, de quelques vies, à la recherche arrêtée de ces moments  internes et éternels… J’en titube allègrement, de joie, d’ivre cécité silencieuse, de simplicité évidente. Mon sud est plein de ce vide humain, de ces instants pendus, oubliés de tous… Ce ne sont que des moments localisés, sans qu’il soit besoin de les signaler plus qu’ils ne sont. Ce ne sont que des lieux…. rien de plus, pourris parfois, glissant jusqu’à l’odieux souvent, puants, immondes, humains, par trop humains. Ces lieux où l’on ne passe que _DSC2042

si son coeur s’y sent accroché …. Lieux où vivre ne s’ y dit pas…. Mon sud …. à n’en pas perdre le Nord

%d blogueurs aiment cette page :