Petite histoire pornocratique de la belle Clémence 14


Implanter l’empathie féminine au sein du pouvoir masculin avait toujours été notre volonté. L’homme qui m’a transmis cette tâche m’a toujours expliqué qu’il n’était pas nécessaire de choisir ou la plus belle ou la plus intelligente, mais de laisser aller son instinct et de conduire la femme pour qu’elle soit au contact de ceux et celles qui sauront ou n’auront pas d’autre choix que de la  mener plus avant. Toute la tâche reposait donc sur la conduite, la conduction et la mise en contact de l’environnement avec les capacités des femmes que nous, les cents nous choisissions. Il m’est évident que Clémence ne brillait pas par son intelligence, ni par son empathie… d’autres avaient par le passé, fait le choix de celles qui devinrent Marie Curie ou mère Thérèsa. Mon choix portait sur cette femme pour sa faculté et sa facilité à opérer comme je pensais qu’il fallait opérer, il y avait une osmose entre mon esprit et sa sphère comportemental… je le ressentais. Beaucoup de femmes détestaient Clémence pour son apparente niaiserie substantielle, beaucoup d’hommes ne supportaient pas Clémence parce qu’elle les obligeait à refouler en eux ce qu’ils avaient de plus odieux, de plus violent, de plus instinctif dans leur sexualité refoulée. Elle était, alors qu’eux se battaient pour ne pas être. Clémence avait une densité telle dans sa manière d’appréhender au plus juste le comportement masculin qu’elle ne leur laissait pas d’autre choix que d’être ou un mâle animal ou un ersatz résiduel de la transmission du chromosome Y, désormais détruit à 97 % par tant de réplications. Elle avait son intelligence dans l’utilisation de l’action exacte au moment où il le fallait, sans réflexion, sans doute, sans regret… elle avançait et à chaque fois qu’on se rendait compte de ses faits, elle était déjà ailleurs dans un autre autrement. Elle passait d’une action à l’autre  avec une telle efficacité qu’elle représentait à mon sens la véritable représentation du mot évolution… Elle agissait jusqu’à temps qu’elle ne puisse plus agir ou pour favoriser son intérêt ou pour son propre plaisir… elle était l’action, alors que tant d’autres ne regardaient que l’action.

  1. Réponse à votre commentaire : La belle Clémence ne m’intimide pas … Nous portons toutes en nous les caractéristiques que vous dépeignez … Seulement nous avons appris à maîtriser ces instincts primaires ou à ne les dévoiler qu’à un tout petit nombre d' »élus » (moins de cent)…
    Je comprends votre attirance pour ce personnage dont la caractéristique principale est d’être dénuée de conscience, bonne ou mauvaise … Elle n’a conscience que d’elle-même .. En tant que lectrice, j’attends non sans impatience que vous nous éclairiez sur votre mode opératoire … Comment allez-vous amener la belle Clémence à entrevoir le monde qui l’entoure autrement qu’en consommatrice instinctive jouissive et instantanée …

    • Je vais vous avouer mon mode opératoire, chère anonyme, je suis dans dans la plus totale incapacité de dire ce qui va se passer et comment cela va se passer. J’avoue que Clémence se construit au jour le jour, en fonction de mes rencontres présentes, mes souvenirs lointains ou récents, Clémence devient ce que les femmes que je rencontre sont ou ce dont je pense qu’elles sont. Donc Clémence ne fait que naître, elle est pur instinct, en dehors de toute éducation moraliste elle se construit au contact de ses relations, de celles qu’elle fera peut-être sous le contrôle de cet homme, moi, narrateur. Je pense qu’elle est une sorte de bombe artisanale déposée dans une société masculinisée à outrance dont la masse historico culturelle ne fait qu’alourdir ses capacités à se diriger vers le futur…. sa propension à s’attacher à la croyance monothéiste par exemple. Clémence de par sa capacité à être et devenir ce qu’on attend d’elle est une mutante…. Il est vrai que je ne cherche pas à faire oeuvre littéraire, disons que je me divertis et offre, sans droit d’auteur, mes émotions dans cet espace de liberté…. merci
      PS: je suis désolé pour vous que vous ayez eu moins de cent élus…. si je peux faire quelque chose pour vous….

      • Vous avez un sens de l’humour délicieux ainsi qu’une belle générosité …
        J’avoue qu’à vous lire à l’instant, je me saisirais bien du personnage pour en épouser les contours ! L’on sent bien que le personnage n’est qu’à l’aune de sa véritable personnalité, Clémence est en devenir, en construction … De son instinct non maîtrisé vont jaillir l’énergie la force l’intelligence la finesse la diplomatie la sagesse le charisme nécessaires à la transformation de ce monde où l’homme, le mâle, le croyant, le tyran, le voyou, règne encore en maître … Toute puissante alors, elle va pouvoir réaliser le dessein que vous vous êtes fixé : ensemencer la société de sa féminité accomplie et cela au delà de vos espérances afin que le monde recouvre une cohérence une harmonie un sens … Puissiez-vous parvenir à vos fins !
        Bel hommage fait à la femme, très cher narrateur …. Continuez à vous divertir, je vais continuer à vous lire !

  2. Votre congrégation n’est constituée que d’hommes. Il y a là un terrible paradoxe.
    Détester quelqu’un que l’on trouve niais…c’est tout de même excessif ne trouvez vous pas?
    Clémence me fait sourire, je la vois comme un cyclone, qui prend, qui aspire et qui balance.
    Une jouisseuse de l’instant, une femme « sans mémoire ».

      • Officiellement, certes…l’homme s’est toujours voulu supérieur en tout mais je ne connais pas de pouvoir qui ait perduré sans l’ombre d’une femme…les hommes d’église n’y ont jamais échappé et puis il est si tentant de glisser de la chaire à la chair…
        Votre congrégation loue le pouvoir ou le bienfait des femmes, le côté salvateur de leur influence…comment peut on louer la femme et à la fois l’exclure? une congrégation mixte…non?

      • Elle n’est pas exclue puisque dans ma congrégation cent hommes choisissent 100 femmes qu’ils essaient, chacun selon leurs critères, de positionner dans la sphère sociale… il n’y est pas dit que d’autres femmes accèdent…. la mixité intervient en fonction des rencontres qui sont faites.

  3. « elle n’est pas exclue » mais elle n’apparait pas comme une évidence; depuis la nuit des temps, l’homme n’a guère changé.
    Vous me faites sourire.
    Les aventures renversantes de la belle Clémence…à suivre…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :