J-339… son doigt 3


Elle avait précédemment accepté, de la part d’un concepteur de matériel informatique, l’essai d’une souris prototype, une souris sensible au léger courant électrique qui parcourt notre corps. Cette chose pensante , comme elle pensait qu’elle l’était, captait le flux électronique et le transmettait à l’identique à celui ou celle avec qui vous communiquiez. Il s’agissait visuellement d’une masse informe sur laquelle vous posiez votre main, elle était recouverte d’une peau synthétique d’une ressemblance  extrême, si ce n’est une trop grande douceur qui cependant disparaissait ou tout du moins se métamorphosait en fonction des courants électriques perçus. En rien cette masse n’était un frein à sa merveilleuse précision, bien au contraire, elle s’adaptait aussi bien à l’humain qu’à la relative froideur des électrons des images numériques, qui avec le temps prenaient une sensibilité ressentante et ressentie dont Claire n’avait jamais eu idée. Sa première journée de travail avec cet objet s’était terminée par une folle envie de poser son index sur la peau de son sein droit qu’elle savait beaucoup plus douce que n’importe quelle partie de son corps exceptée la fine peau qui entourait les subtils replis de son sexe et pour laquelle elle n’avait eu, jusqu’à cet instant, qu’une considération plus reproductive qu’attentive. Ce soir là son index droit, compara… elle se cliqua par deux fois.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :