carnets de vacances 17… Etat des lieux 2


Là ! j’ai envie de gueuler… Là où on parle je me tais et là où on se tait je parle savamment….. Donc je me tus depuis ce matin, parce que tous n’avaient rien à dire et le faisait savoir fortement … quels cons  ! Ils étaient tous là , commençons par ce début… les femmes ce soir n’étaient ni jeunes , ni vieilles… elles bruissaient fortement  … Je les regardais, elles imposaient leurs seins décolletés, leurs poitrines à ne plus respirer et leur fadeurs de femmes de soir éteint… ce soir, cet homme plus âgé que moi se débattant pour conquérir deux femmes qui eussent pu être ses filles, maladroit, vulgaire…… Tout de blanc vêtu,la chemise cintrée, le ventre flasque boudiné, les chaînes en or sur le torse velu ou presque, la montre au poignet de la taille d’un coucou suisse…. les hommes du sud…. parlant haut et fort , les mains agitées étaient à l’origine du vent frais du soir. Quel besoin ont-ils de palabrer des heures durant pour ne parler que d’eux ? Le regard de cet homme quand ces deux jeunes femmes se sont levées pour le quitter, sans sourire, lassées de tant de vent du soir, de tant  de rien à outrance, de tant de temps perdu à ne pas les écouter…. j’ai senti alors qu’il venait de rejoindre son nord expressif, intérieur et certain…. un grand silence s’imposait à lui….. seul, il était…P8200002

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :