Et il écrivit…


Bouillonnant, il écrivit des mots et encore des mots , de ces mots orduriers et orthographiés en langue orale, il écrivit , écrasant le stylo, suçant l’encre noire de ses doigts. Il écrivit des je t’aime de fin d’orgasme, des je t’aime de bord de lit, des je t’aime de vingt-trois heures et de début d’après-midi. il écrivit en silence autorisant le droit d’hésiter aux femmes qui voulaient le quitter. Il écrivit des histoires heureuses sans fin, des fins sans histoire, des vies de con qu’il avait déjà  vécues , des vies de merde qu’il sentait plus fortes que jamais….il lut ce qu’il avait écrit, il lut de sa voix forte et nerveuse, des textes dont le sens n’avaient de sens que pour lui. Il lut l’histoire passée des instants amoureux, il lut  à en mourir, en silence , l’odeur des femmes reposant sur le temps de la journée. Il lut silencieusement ces phrases qui n’en finissaient plus.mmp (8 sur 34) [1600x1200]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :